Journal DirectoryApocalypse Book of RevelationsBook of Life  Index Michael Report[Contact, Search]Welcome, Guest     Internetsgamma indexXLXXII  ARMAGEDONphoto gallery
Crucifixion Eclipse The Large Gizāh  Pyramid : Nostradamus’ Birthdate at Central Axis of Giza Pyramid :

   

Nostradamus Letter to His Son, himself and the Public

Early Nostradamus Edition

 

06302008 [1568 of 1605] cesar

 

Transcription by Michael Johnathan McDonald (06302008)

 

ƒ Nostradamus Encyclopedia cross references.

† Mario Website, auec Peter Lemeusurier’s translation.

 

Latin script is normal, and the french is italicized. However, I left both normal.

‘gn’ for ‘nn.’

 

 

LES PROPHETIES DE M. MICHEL NOSTRADAMVS.

Medecin du Roy Charles IX. & l’un

des plus excellens Astronomes

qui furent iamais

 

A Lyon

1568.

 

 

PREFACE

DEM. MICHEL NOSTRA-

DAMUS A SES

Propheties.

As Cæsarem Nostradamum filium

Vie & Felicité

 

 

Ton tard aduenement, Ceƒar Noƒtredame mon fils, m'a faict mettre mon long-temps par continuelles vigilations nocturnes reƒerer par eƒcrits[1] toy delaiƒƒer memoire; apres la corporelle extinction de ton progeniteur, au commun profit des humains, de ce que la diuine eƒƒence par Astronomiques reuolutions m'ont donné cognoiƒƒance. Et depuis qu'il a plû[2] au Dieu immortel que tu ne ƒois venu en naturelle lumiere dâs cette terreine plaige, & ne veux dire tes ans qui ne ƒont encores accompagnez, mais tes mois Martiaux incapables à recevoir dans ton debile entendement ce que ie ƒeray côtraint apres mes iours deƒiner: veu qu'il n'eƒt poƒsible te laiƒƒer par eƒcrit, ce que ƒeroit par l'iniure du temps obliteré: car la parole hereditaire de l'occulte prediction ƒera dans mon eƒtomach intercluƒe: conƒiderant auƒsi les adventures definiment eƒtre incertaines, & que le tout eƒt regy & gouuerné par la puiƒƒance de Dieu ineƒtimable, nous inƒpirant non par bacchâte fureur, ne par l’imphatique[3] mouuement: mais par astronomiques aƒƒertions, Soli numine divino[4] afflari præsagiunt & spiritu prophetico, particularia.[5] Combien que de long-temps par pluƒieurs ƒois i'aye predict long-temps auparauant ce que depuis eƒt aduenu, & en particulieres regions,  attribuant le tout eƒtre fait[6] par la vertu & inƒpiration diuine, & autres felices & ƒinistres adventures de accelerée promptitude prononcées, que depuis ƒont aduenuës par les climats du monde: ayant voulu taire & delaiƒƒer pour cauƒe de l'iniure, & non tant ƒeulement du temps preƒent, mais auƒsi de la plus grande part du futur, de mettre par eƒcrit, pource que les regnes, ƒectes, et regions feront changes ƒi oppoƒites, voire au reƒpect du preƒent diametralement, que ƒi ie venois à reƒerer ce qu'à l'advenir ƒera, ceux du regne, ƒecte, religion, et foy, trouueroient ƒi mal accordant à leur fantaƒie auriculaire, qu'ils viendroient à damner ce que par les ƒiecles aduenir on connoiƒtra [7] eƒtre veu et apperceu. Conƒiderant auƒsi la Sentence du Vray Sauueur. Nolite sanctum dare cantibus,[8] nec mittatis margaritas ante porcos , ne conculcent pedibus & converƒi dirumpant vos. Qui a eƒté la cauƒe de faire retirer ma langue au populaire; & la plume au papier, puis me ƒuis voulu eƒtendre declarant pour le commun aduenemêt, par obstruƒes & perplexes ƒentences des cauƒes futures, meƒmes les plus vrgentes,[9] & celles que j'ay apperçeu, quelque humaine mutation qu'advienne ne ƒcandaliƒer l'auriculaire fragilité, & le tout eƒcrit ƒougz figure nubileû,[10] plus que du tout prophetique, comgien que,[11] Abscondisti hæc à ƒapientibus, & prudentibus, id eƒt, potentibus et regibus, et enucleafti[12] ea exiguis et tenuibuis : & aux Prophetes par le moyen de Dieu immortel, & des bons Anges ont receu l'eƒprit de vaticination, par lequel ils voyent les choƒes loingtaines, & viennent à preuoir les futurs aduenemens: car rien ne se peut paracheuer ƒans luy, auƒquel ƒi grande eƒt la puiƒƒance, & la bonté aux ƒuiets,[13] que pendant qu'ils demeurent en eux, toutesfois aux autres effects ƒuiets[14] pour la ƒimilitude de la cauƒe du bon Genius,[15] celle chaleur & puiƒƒance vatricinatrice[16] s'approche de nous: comme il nous aduient des rayons de Soleil, qui viennent iettant leur influâce[17] aux corps elementaires, & non elementaires. Quât à nous qui ƒommes humains, ne pouuons rien de noƒtre naturelle cônoiƒƒance[18] et inclination d'engin, connoiƒtre[19] des ƒecets obƒtruses de Dieu le Createur. Quia non ƒst noƒtrum noƒcere tempora, nec momenta, &c.[20] Combien qu'auƒsi de preƒent peuuent aduenir & estre perƒonnages, que Dieu le Createur aye voulu reueler par imaginatives impreƒƒions, quelques ƒecrets de l'aduenir, accordez à l'astrologie iudicielle, comme du paƒƒé, que certaine puiƒƒance & volontaire faculté venoit par eux, côme flambe de feu apparoit, que luy inƒpirant on venoit à iuger les diuines & humaines inƒpirations. Car les œuvres diuines, que totalment[21] ƒont abƒolues, Dieu les vient paracbeuer;[22] la moyenne qui eƒt au milieu des[23] Anges : la troiƒiesme les mauuais. Mais mon[24] fils ie te parle icy un peu trop obƒtruƒement: mais quant aux occultes vaticinations qu'on vient à recevoir par le ƒubtil eƒprit du feu, qui quelques-fois par l'entendement agité contemplant le plus haut des Aƒtres, comme eƒtant vigilant, meƒmes qu'aux prononciations, eƒtant ƒurprins eƒcrits prononçant ƒans crainte[25] moins attainct d'inuercunde[26] loquacité : mais quoy tout procedoit de la puiƒƒance diuine du grand Dieu eternel de qui toute bonté procede. Encores mon fils, que i'aye inƒeré le nom de Prophete, ie ne me veux attribuer tiltre de ƒi haute ƒublimité pour le têps preƒent : car qui Propheta dicitur hodie, olim vocabatur videns : car Prophete proprement mon fils, eƒt celuy qui voit choƒes loingtaines de la connoiƒƒance[27] naturelle de toute creature. Et cas aduenant que le Prophete moyennant la parfaite lumiere de la prophetie luy appaire manifeƒtement des choƒes diuines, comme humaines, que ce ne ƒe peut faire, veu que les effects de la future prediction s'eƒtendent loing. Car les ƒecrets de Dieu incomprehenƒibles, & la vertu effectrice contingent de longue eƒtenduë de la connoiƒƒance naturelle, prenant leur plus prochain origine du liberal arbitre, fait apparoir les cauƒes qui d'elles-meƒmes ne peuuent acquerir celle notice pour eƒtre conneues,[28] ne par les humains augures, ne par autre connoiƒƒance, ou vertu occulte, comprinƒse ƒous[29] la concauité du Ciel meƒme, du faict preƒent de la totale eternité, qui vient en soy embraƒƒer tout le temps. Mais moyennant quelque indiviƒible eternité,[30] par comitiale agitation Hiraclienne, les cauƒes par le celeƒte mouuement ƒont connues. Ie ne donc dis pas,[31] mon fils afin que bien l'entendes,[32] que la connoiƒƒance de cette matiere ne ƒe peut encores imprimer dans ton debile cerueau, que les cauƒes futures bien loingtaines ne ƒoient à la connoiƒƒance de la creature raiƒonnable ƒi ƒont nonobƒtant bonnement la creature de l'ame intellectueuƒe[33] des choƒes preƒentes loingtaines ne luy ƒont du tout ne trop occultes, ne trop reƒerées : mais la parfaite des cauƒes notices ne ƒe peut acquerir ƒans celle divine inspiration : veu que toute inƒpiration prophetique reçoit,  prenant ƒon principal principe mouuant de Dieu le Createur, puis de l'heur & de nature. Parquoy ƒstant les cauƒes indifferentes indifferemment produites: & non produites, le preƒage partie aduient, ou a eƒté predict. Car l'entendement creé intellectuellement ne peut voir occultement; ƒinon par la voix faite au lymbe, moyennant la exigue flamme en laquelle partie les cauƒes futures ƒe viendront à incliner. Et auƒsi mon fils, ie te ƒupplie que iamais tu ne vueilles employer ton entendement à telles reƒueries & vanitez qui ƒeichent le corps & mettent à perdition l'ame, donnant trouble au foible ƒens : meƒmes la vanité de la plus qu'execrable magie reprouuee: iadis par les ƒacrees eƒcritures, & par les diuins Canons, au chef duquel eƒt exepté le iugement de l'Astrologie iudicielle : par laquelle et moyennant inƒpiration et reuelation diuine par continuelles ƒupputations, avons nos propheties redigé par[34] eƒcrit. Et combien que celle occulte Philosophie ne fuƒƒe reprouuée, n'ay oncques voulu preƒenter leurs effrenees perƒuaƒions, combien que pluƒieurs volumes qui ont eƒté cachez par longs ƒiecles ne[35] ƒont eƒté manifestez. Mais doutant ce qui aduiendroit, en ay fait apres,  la lecture present à Vulcan,  que cependant qu'il les venoit à deuorer, la flamme leƒchant l'air rendoit vne clarté inƒolite, plus claire que naturelle flamme, comme lumiere de feu de clytre fulgurant, illuminant ƒubit la maiƒon, comme ƒi elle fut eƒté en ƒubite conflagration. Parquoy afin qu'à l'aduenir ne fuƒƒiez abuzé, perscrutant la parfaite transformation,  tant ƒeline que ƒolitaire, & ƒous[36] met aux[37] incorruptibles, & aux ondes occultes, les ay en cendres conuertis. Mais quant au iugement qui ƒe vient paracheuer, moyennant le iugement celeƒte, cela te veux-ie[38] manifeƒter : parquoy avoir connoiƒƒance des cauƒes futures, reiettant loing les phantaƒtiques imaginations, qui aduiendront limitant la particularité des lieux par diuine inƒpiration Supernaturelles : accordant aux celeƒtes figures, les lieux, & vne partie du temps de proprieté occulte par vertu, puiƒƒance, & faculté diuine, en preƒence de laquelle les trois temps sont comprins par eternité, reuolution tenant à la cauƒe paƒƒee, presente & future : quia omnia funt nuda et aperta, &c. Parqoy, mon fils, tu peux facilement, nonobƒtant ton tendre cerveau, comprendre que les choƒes[39] qui doivent aduenir, ƒe peuuent prophetizer par les nocturnes & celeƒtes lumieres, qui ƒont naturelles, & par l'eƒprit de prophetie : non que ie me vueille attribuer nomination ny[40] effect prophetique, mais par reuelée inƒpiration, comme homme mortel, eƒloigné non moins de ƒens au Ciel, que des pieds en terre. Possum non errare, falli, decipi, ƒuis pecheur plus grand que nul de ce monde, ƒuiet à toutes humaines afflictions. Mais eƒtant ƒurprins par fois la ƒepmaine limphatiquant, & par longue calculation, rendant les eƒtudes nocturnes de ƒouƒue[41] odeur, i'ay composé Livres de propheties contenant chacun cent quatrains aƒtronomiques de propheties, lesquelles i'ay vn peu voulu rabouter obƒcurement : & ƒont perpetuelles vaticinations, pour d'icy à l'année 3797.[42] Que poƒsible fera retirer le front à quelques-vns, en voyant ƒi longue extenƒion, par ƒous toute la concauité de la Lune aura lieu & intelligence : & ce entendant vniversellement par toute la terre les cauƒes mon fils. Que ƒi tu vis l'aage naturel & humain, tu verras deuers ton climat, au propre Ciel de ta natiuité, les futures aduentures preuoir. Combien que le ƒeul Dieu Eternel ƒoit celuy ƒeul qui connoiƒt l'Eternité de ƒa lumiere, procedant de luy-meƒme, & ie dis franchement qu'à ceux à qui ƒa magnitude immenƒe, qui est ƒans meƒure & incomprehenƒible, a voulu par longue inƒpiration melancolique reueler, que moyennant icelle cauƒe occulte manifeƒtée[43] diuinement,[44] principalement de deux cauƒes principales, qui ƒont comprinƒes à l'entendement de celuy inƒpiré qui prophetiƒe, l'vnes eƒt qui vient à infuƒer, eƒclairciƒƒant la lumiere ƒupernaturelle, au perƒonnage qui predit par la doctrine des Aƒtres, &  prophetiƒe par inƒpiree reuelation, laquelle eƒt vne certaine participation de la diuine eternité, moyennant le Prophete[45] vient à iuger de cela que ƒon diuin eƒprit luy a donné, par le moyen de Dieu le Crateur, & par vne naturelle inƒtigation : c'est à ƒçavoir,  que ce que predit, eƒt vray, & a prins ƒon origine ethereement  & telle lumiere & flâme exigue eƒt de toute efficace, & de telle altitude non moins que la naturelle clarté, & naturelle lumiere rend les Philoƒophes ƒi aƒƒeurez, que moyennant les principes de la premiere cauƒe ont attaint à plus profondes abiƒmes des plus hautes doctrines. Mais à celle fin mon fils, que ie ne vague trop pronfondement pour la capacité future de ton ƒens, & auƒsi que ie treuue que les lettres feront ƒi grande & incomparable racture,[46] que ie treuue le monde auant l'vniverselle conflagration aduenir tant de deluges & ƒi hautes inundations, qu'il ne ƒera guiere terroir qui ne ƒoit couuert d'eau : & ƒera par ƒi long-temps, que hors mis enographies & topographies que le tout neƒoit pery: auƒsi auant et apres telles inundations, en pluƒieurs contrées, les pluyees[47] ƒeront ƒi exigues, & tombera du Ciel ƒi grande abondance de feu & de pierres[48] candantes, qui n'y demeurera rien qui ne ƒoit[49] conƒommé: & cecy aduuenir en bref,[50] & avant[51] la derniere conflagration: Car encores que la planette de Mars paracheue ƒon ƒiecle & à la fin de ƒon dernier periode ƒi le reprendra-il : mais assemblez les vns en Aquarius par pluƒieurs années, les autres en Cancer par plus longues & continues.[52] Et maintenant que ƒommes conduits par la Lune, moyennant la totale puiƒƒance de Dieu eternel, qu'auant qu'elle aye paracheué ƒon total circuit, le Soleil Viendra, & puis Saturne. Car ƒelon les ƒignes celeƒtes, le regne de Saturne ƒera de retour, que le tout calculé, le monde s'approche, d'vne anaragonique reuolution : & que de preƒent que cecy i'eƒcrits avant cent ƒeptante-ƒept ans trois mois vnze iours par peƒtilence, longue famine, & guerres, & plus par les inondations le monde entre cy & ce terme prefix, auant & apres par pluƒieurs fois, ƒera ƒi diminué, & ƒi peu de monde ƒera, que l'on ne trouuera qui vueille prendre les champs, qui deuiendront libres auƒsi longuement, qu'ils ƒont eƒté en seruitude : & ce quant au viƒible iugement celeƒte, qu'encores que nous ƒoyons au ƒeptieƒme nombre de mille qui paracheue le tout, nous approchant du huictieƒme, ou eƒt le firmament de la huictieƒme ƒphere, qui eƒt en dimenƒion latitudinaire, ou le grand Dieu eternel viendra paracheuer la reuolution : ou les images celeƒtes retourneront à ƒse mouuoir, & le mouuement ƒuperieur qui nous rend la terre ƒtable & ferme, non inclinabitur in sæculum sæculi : hors mis que son[53] vouloir ƒera accomply, mais non point autrement : combien que par ambigues opinions excedantes toutes raiƒons naturelles par ƒonges Mahometiques, auƒsi aucunes fois Dieu le Createur par les miniƒtres de ƒes meƒƒagiers de feu, en flamme miƒƒiue, vient à propoƒer aux ƒens exterieurs, meƒmement à nos yeux, les cauƒes de future prediction, significatrices du cas futur qui ƒe doit à celuy qui preƒage manifeƒter. Car le preƒage qui ƒe fait de la lumiere exterieure vient infailliblement à iuger parties auecques, & moyennant le lume exterieur : combien vrayement que la partie qui ƒemble auoir par l'œil de l'entendement, ce qui n'eƒt par la leƒion du ƒens imaginatif, la raiƒon eƒt par trop éuidente, le tout eƒtre predict par afflation de diuinité, & par le moyen de l'eƒprit Angelique inƒpiré à l'homme prophetiƒant, rendant oinctes de vaticinations le venant à illuminer, luy eƒmouvant le deuant de la phantaƒie par diuerses nocturnes apparitions, que par diurne certitude prophetiƒe par adminiƒtration Astronomique, conioints[54] de la ƒanctiƒsime future prediction, ne conƒiderant ailleurs qu'au courage libre. Viens à cette heure entendre, mon fils, que ie trouve par mes reuolutions, qui sont accordantes à reuelée inƒpiration, que le mortel glaive s'approche de nous maintenant, par peƒte, guerre plus horrible qu'à vie de trois hommes n'a eƒté, et famine, lequel tombera en terre, & y retournera souuent : car les Astres s'accordent[55] à la reuolution, & auƒsi a dit : Viƒitabo in virga ferrea iniquitates eorum, et in verberibus percutiam eos, car la miƒericorde de Dieu ne ƒera point diƒpergée vn temps, mon fils, que la pluƒpart de mes Propheties ƒeront accomplies, & viendront eƒtre par accompliƒƒement reuoluês. Alors par pluƒieurs fois durant les ƒiniƒtre tempeƒtes. Conteram ego, dira le Seigneur, & conƒringam, & non miƒerebor, & mille autres adventures qui aduiendront par eaux & continuelles pluyes, comme plus à plain i'ay redigé par eƒcrit aux miennes autres Propheties qui ƒont compoƒées tout au long, in ƒoluta oratione, limitant les lieux, temps, & le terme prefix,  que les humains apres venus verront,[56] connoiƒƒant les aduentures aduenues infailliblement, comme auons noté par les autres, parlans plus clairement, nonobƒtant que ƒous nuée ƒeront comprinƒes les intelligences : ƒed quando ƒubmouenda erit ignorantia, le cas ƒera plus eƒclaircy. Faiƒant fin, mon fils, pren donc ce don de ton Pere Michel Noƒtradamus, eƒperant toy declarer vne chacune Prophetie des quatrains icy mis. Priant au Dieu immortel, qu'il te vueille preƒter vie longue, en bonne & proƒpere felicité.
De Salon ce premier de Mars 1555.

 


 

[1] †., escript.

[2] Pleu.

[3] †., error on definite article. Here in this text, it is correct.

[4] Page two begins with next word. ‘A ij.’

[5] Latin phrase, not italics, this is transcribed without italics, but consider the entier piece in the text with Italics, and normal scripting.

[6] As with ‘lettre,’ faict is spelt fait in script.

[7] †., cognoistra.

[8] †., canibus.

[9] †., urgentes.

[10] Printer truncation for ‘nubileuse.’

[11] Begin page three. Note the closer to bottom of pages, the more frequent one sees truncations.

[12] The ‘f’ is actually a ‘ƒ’ and the change in font for the Latim makes it appear as such. Only in the case here.

[13] †.,  la bonté aux subiects.

[14] Ibid., subiects.

[15] †., buon genius;.

[16] †., vaticinatrice.

[17] †., influence.

[18] Cognoissance.

[19] †., cognoitre.

[20] Here is plut in the ‘ƒ,’ that in the Latin type-script appears as shortened ‘f’s. & ect. is marked as ‘&c.’

[21] †., totament, as error, it is correct in this text.

[22] †., parachever:, here the type look as a b, or a special ‘h.’, although same word.

[23] Here, as the indefinite article., as opposed to †., les.

[24] Begin page four after this word.

[25] †., craincte.

[26] †.,  d'invercande. In this text the ‘a’ after the ‘c’ is a ‘u.’

[27]  Again, appearing as here, as opposed to the spelling of †., cognoissance.

[28] Apperently, two ‘nn’s in a row means that a ‘gn’ is what is ment., †.,  cogneues.

[29] †., soubz?

[30] Start page five, after this word.

[31] †., Ie ne dis pas.

[32] †., l'entendez. As verb.

[33] †., intellectuelle.

[34] Next page, will be five.

[35] Here a negative, not †., me.

[36] Again, †., soubz.

[37] †., metaux.

[38] †.,  veux le.

[39] Paqe six, next.

[40] For ‘n'y.’

[41] †., souaves.

[42] Nostradamus’ predictions go to this year, not the end of the world, or people.

[43] Page seven, next.

[44] †., divinemernt? Error.

[45] †., moyennant laquelle le Prophete.

[46] †., iacture?

[47] †., pluyes., as masc.

[48] †., pierre, not plural.

[49] †., rien qu'il ne soit, subject is  ‘who’ in this text.

[50] †., advenir en brief.

[51] Note, start of next page, eight; reductions of letters in words, usually happen close to the end of the page in this section of this book. In the lettre to Henry, there are more frequent.

[52] Where are the humans going to go after the earth?

[53] Next page, nine.

[54] †.,  conioincte.

[55] Next page, ten, final page. this Preface opens up the book.

[56] †., que les humains apres verront,..

 

 

 

Direct corrections and technical inquiries to
Please direct news submissions to Here